6 questions pour une vision claire de votre contribution au Monde




Quand mes mentorées ne savent pas à quoi ressemble leur mission de vie, je leur pose ces 6 questions :



1- Que voulez-vous vraiment ?


Prenez le temps de sentir, de sonder votre corps, votre mental, votre cœur. Que vous disent-ils ? Quel est ce rêve auquel vous souhaiteriez accéder ? Ce qui vous rendrait vraiment heureuse et épanouie ?



2- Pourquoi ?


Qu’est-ce que ce but, ce rêve apporterait dans votre vie ? À quel besoin de contribution ultime cela répondrait-il ? Ce qui vous ferait dire à votre dernier souffle que vous n’avez pas « perdu » votre vie ?



3- Est-ce que cela dépend uniquement de vous ? Si pas, comment pourriez-vous reformuler votre vision pour qu’elle le soit ?


Si votre vision dépend de décisions, actes ou choix de quelqu’un d’autre, vous êtes tributaire de ces derniers ce qui pourrait engendrer de la frustration sur le long terme. Vous n’avez, en effet, pas le pouvoir de penser et d’agir à la place d’autrui. Tentez de reformuler votre vision de manière à ce qu’elle soit accessible par le seul fait de vos actes et décisions.



4- Quel est le prix à payer pour atteindre votre but ? À quoi devez-vous renoncer ? Êtes-vous prête ?

Décider d’aller dans une direction, c’est renoncer à la direction opposée. Pour atteindre vos but, peut-être devrez-vous faire des choix, des sacrifices, en êtes-vous consciente et est-ce ok pour vous ?



5- Comment saurez-vous que vous avez atteint votre but ?

Cette question est fondamentale pour ne pas générer de frustration sur le long terme. Si cela n’est pas clair à votre esprit, vous pourriez ressentir à un moment donné de la démotivation, de la dispersion, de l’inutilité. Dans tous projets, il est nécessaire à un moment donné de célébrer notre chemin. C’est notre cadeau personnel ultime.



6- Quels sont les freins (les croyances, les peurs, l’argent, le temps, la santé…) qui vous empêche d’accéder à votre but ? Pourriez-vous reformuler votre but, votre vision à atteindre en une succession de petites étapes acceptables et accessibles pour contourner ces freins et avancer à petits pas ?

Nous avons tous des freins, des blocages qui paralysent nos décisions et nos actions. Notre cerveau nous protège et nous distille des messages de précaution qui cristallisent nos envies de changement, d’aventure. Un petit changement est plus acceptable pour lui qu’un grand changement, c’est pourquoi il nous sera plus facile d’avancer pas à pas en divisant notre grand projet de vie en une succession d’étapes et de petits changement. Penser en termes de prochaine petite action est aussi beaucoup moins paralysant que penser en termes de grand objectif. Nous y prendrons également plus de plaisir.