Défier son syndrome de l'imposteur


Scketchnote syndrome de l'imposteur de Béatrice pour Valérie Marie


Le terme du syndrome de l’imposteur est apparu pour la première fois en 1978 et a été inventé par deux psychologues que sont Pauline Clance et Suzanne Imes. D’après elles, le syndrome de l’imposteur se caractérise par trois faits récurrents :

1. La croyance que les autres surestiment nos atouts et nos compétences.

2. La peur d’être démasquée et montrée du doigt.

3. La tendance systématique à attribuer nos réussites à des facteurs externes comme la chance ou le résultat d’un travail acharné.

Certaines périodes sont plus propices au développement de ce sentiment et se sont principalement les périodes de TRANSITION : lorsque l’on change de travail, lorsque l’on obtient une promotion, lorsque l’on termine une formation professionnelle, lorsque l’on crée une nouvelle entreprise…. Bref, lors de toute situation où nous devons faire nos preuves pour la première fois.


La première fois ?

Voilà une phrase qui résonnera dans vos oreilles de multipotentielle puisque, pour le profil MP, il y a souvent des premières fois. Curieuses insatiables, la nouveauté fait partie intégrante de votre horizon. Pas étonnant donc que vous soyez une cible privilégiée de ce fichu syndrome de l’imposteur.

Si vous travaillez dans le domaine du développement personnel, de la création artistique ou de la littérature qui regorgent de personnes brillantes et inspirantes, je suis certaine que vous vous sentez parfois honteuse de jouer dans la même cour qu’elles… Et si en plus, vous êtes une autodidacte dans l‘âme qui s’est faite par soi-même, alors là, vous vous cachez carrément sous la couette !



Sketchnote réalisé par Béatrice, demoiselle pétillante qui a suivi la formation ANTIDOTE de la FMP School


Alors elle fait quoi l’imposteur ?


· Elle travaille exceptionnellement dur

Elle se donne à fond dans son travail pour que personne ne découvre qui elle est vraiment. Elle anticipe l’échec par un travail acharné. Mais ceci n’est qu’un leurre pour retarder la confrontation au résultat final. Alors elle perfectionne ou elle procrastine. Au choix…

Et c’est comme ça que de talentueuses multipotentielles n’amènent jamais aucun projet professionnelle à terme simplement parce que le bon moment du super lancement n’arrive jamais.

· Elle cache ses véritables opinions

Comme elle n’a pas confiance en ses propres capacités, elle préfère garder sous silence son avis et ses conseils pour que les autres ne s’aperçoivent pas de son savoir finalement très approximatif (enfin elle le pense…). Quelle expertise peut-elle bien revendiquer pour être crédible surtout quand on est une multi passionnée, touche à tout et volage ?

· Elle sous-estime sans cesse son travail

Elle pense véritablement qu’elle ne fait rien de si exceptionnel que ça et que n’importe qui finalement peut faire ce qu’elle fait. Elle ne reconnait pas son talent propre et ne célèbre jamais ses victoires.

C’est comme ça que de nombreuses entrepreneures ne sont pas rentables parce qu’elles définissent des tarifs (trop) bas sous prétexte que personne ne sera d'accord de payer plus pour ses "petits" services.

· Elle a du mal à accepter les compliments

Comme elle ne fait rien de plus exceptionnel que les autres, elle refuse les compliments du travail accompli parce qu’elle pense qu’elle ne les mérite pas ou qu’elle aurait pu encore mieux faire.


Déprimant, non ? Le mot qui me vient est : auto-sabotage…


Etroitement lié à la confiance et à l’estime de soi, je suis intimement convaincue que ces deux caractéristiques se développent dès la prime enfance. L’éducation familiale et scolaire avec leurs croyances et traditions ont donc aussi largement leur part de responsabilité dans le développement du syndrome de l’imposteur à l’âge adulte.

Bien évidemment, j’ai moi aussi souffert du syndrome de l’imposteur et parfois même encore maintenant. De plus, mon hypersensibilité n’arrange rien. J’ai beaucoup évolué depuis 15 ans parce que j’ai beaucoup lu, travaillé sur moi et mes croyances. J’ai finalement pu avancer et concrétiser certains de mes projets.

Aujourd’hui, j’arrive à reconnaitre que j’en suis là parce que je m’en suis donné les moyens, parce que j’ai enfin reconnu quelques-uns de mes talents naturels et que j’ai mis le olà à certaines pensées et croyances limitantes. Cela n’a pas été facile parce que finalement derrière ce syndrome se cache beaucoup de fragilités, d’expériences fortes et parfois même de croyances transgénérationnelles.

Mais une mp a des ressources insoupçonnées ! Une rage, une soif de toujours aller de l’avant ! Une envie d’avancer et de contribuer au Monde.

Alors, arrêtez de vous empêcher !

Cessez de vous limiter !

Ce syndrome est une ILLUSION. Montrez-lui qui est la cheffe !

OK OK ! je laisse tomber ma casquette d’entraineuse qui chauffe sa joueuse :-)




Concrètement, vous pourriez déjà faire 3 choses pour commencer à travailler sur ce fichu syndrome qui pollue votre expansion personnelle et professionnelle :


1. Célébrer vos victoires


Chaque fois que vous êtes fière de quelque chose, chaque fois que vous avez mené à terme un nouveau projet, chaque fois que l’on vous a félicité, chaque fois que vous avez trouvé une solution à un problème, chaque fois que vous recevez un diplôme… prenez le TEMPS de savourer l’instant !

Ne considérez pas ces moments comme anodins ou ordinaires. Pensez au temps que vous y avez consacré, à l’effort que vous avez fait pour y parvenir. Reconsidérez votre travail à sa juste valeur.

NON, tout le monde ne sait pas faire ce que vous faîtes ! Vous êtes unique et douée pour une ou plusieurs choses ET la somme de vos dons crée un autre don que vous êtes seule à détenir. C’est votre SINGULARITÉ, ce qui fait que vous êtes unique !


1+1=3 !

Si vous êtes une adepte des cahiers d’écriture ou du bujo (bullet journal), vous pouvez y noter chaque jour au moins 1 chose pour laquelle vous vous félicitez.

Si vous faîtes ça régulièrement, il se pourrait même que lorsque vous relirez ce carnet, vous mettrez en évidence des actions répétitives ou des actions qui se recoupent par thématique (finalement, je suis douée pour… , j’aime faire ceci ou cela, on fait souvent appel à mes services pour…). Ceci pourrait bien vous être utile pour l’exploration de votre fil conducteur, ce lien qui drive toutes vos passions, tous vos besoins, tous vos projets.



2. Cerner une de vos croyances limitantes qui vous empêche d'aller au bout de vos projets


Est-ce que vous n’allez jamais au bout de vos projets parce que :

· Vous êtes perfectionniste, vous peaufinez pendant un temps interminable parce que ce n'est jamais assez bien, vous vous lassez et décidez de passer à autre chose ?

· Vous vous dîtes à quoi bon puisque je suis nulle (ou on vous l’a fait croire) ?

· Vous avez peur de réussir, de vous montrer, de montrer votre réussite, briller en public?

· Vous avez honte de gagner votre vie avec un job que vous aimez ?

· Vous voulez ENCORE faire une énième formation certifiante pour lancer votre projet parce que vous n'êtes pas encore assez formée ?

· Vous avez peur que vos amis ‘bien comme il faut’ vous prennent pour une hurluberlue?

· Vous vous sabotez en procrastinant sous prétexte que vous êtes une artiste et que vous ne saurez JAMAIS faire un brin de compta ?

· Vous pensez qu’il y a un conflit d’intérêt entre altruisme/don de soi et salaire/argent ?

De quoi avez-vous peur finalement ?

Posez-vous 1heure dans votre hamac et réfléchissez, sans contrainte et en toute honnêteté envers vous-même. Définissez une croyance limitante et demandez-vous quelle petite action vous pourriez mettre en place MAINTENANT pour faire la nique à votre syndrome de l’imposteur : lire un livre de développement personnel sur la procrastination, faire appel à un coach, décider de faire le tri dans vos relations toxiques, déléguer ce que vous ne savez pas faire à quelqu’un d’autre, comprendre votre relation à l’argent…


3. Cesser d'écouter les "on-dit"


Comprenez bien une chose : vous ne plairez jamais à TOUT le monde !

Il y aura toujours des sceptiques, des négatifs, des frileux, des jaloux, des peureux, des mauvaises foi, des ignorants, des perchés…

Pendant des années, j’ai essayé de composer avec tout le monde, faire des compromis, être compréhensive au détriment de mes propres besoins, rendre service encore et encore…

Je suis balance ascendant balance, autant vous dire que la notion de compromis je connais ! Y a pas plus diplomate qu’une balance ! Arrondir les angles pour éviter/désamorcer le conflit…J’y ai perdu des plumes et beaucoup trop d’énergie.

J’ai pris conscience que plaire constamment était impossible lorsque j’ai compris, que pour une MÊME personne, je pouvais lui plaire le lundi et lui déplaire le mardi juste parce que je n’avais pas répondu à une de ces demandes…

Alors, cessez de vous limiter pour des « on-dit ». Si VOUS sentez que ce que vous avez envie de faire est JUSTE POUR VOUS, alors faîtes-le !

Mark Twain a dit : « Un homme avec une idée neuve est un fou jusqu’à ce que l’idée triomphe ». A méditer…